Sortie Maison du Blues
Dimanche 30 juin 2019

L’information avait été véhiculée par des membres du Chapter ; il suffisait d’arrêter une date pour nous rendre au « Musée Européen du Blues ».
Dimanche 30 juin est tombé à point nommé car il a fait une très belle journée. Un peu humide sur le matin, nous nous sommes retrouvés à Olivet à 12 motos pour ensuite nous laisser emmener par Stéphane, notre Road Captain jusqu’à destination.
Nous avons traversé de nombreux petits bourgs de Sologne à travers la campagne et les sous-bois pour arriver à Châtres sur Cher sous un beau soleil. Qui aurait imaginé qu’au bord du canal du Berry et des rives du Cher se tenait une pépite en termes d’histoire du Blues ? Le premier en France et le deuxième en Europe.
L’établissement n’ouvrant qu’à 14 :30, nous avons partagé un sympathique déjeuner bucolique au bord de l’eau, sans nous presser.
A l’heure dite, nous sommes entrés dans un établissement qui paraissait petit, à priori, sans grand intérêt hormis la devanture et c’est l’intérieur qui a fait toute la différence.
Ouvert cette année par Monsieur Jacques « Black Jack » Garcia, grand connaisseur de ce courant musical et son épouse Anne-Marie, les fondateurs, parrainé par Bobby Rush, originaire de Jackson, Mississippi, lui-même entré au Blues Hall of Fame en 2006.
Le musée se tient sur deux étages et on découvre au RDC un café associatif où des concerts sont joués presque tous les samedi et parfois le dimanche.
Le Blues nous est expliqué depuis ses origines.
Il prend place dans le dur labeur des champs de coton et de canne à sucre, où les chansons des esclaves coordonnaient les mouvements et donnaient le tempo pendant les tâches répétitives… «Everyday, I have the Blues».

Puis, à travers une présentation chronologique, se succèdent au travers des photos, affiches, pochettes de 33T d’époque, toiles peintes, ceux qui se sont distingués dans ce genre musical. Ce premier aperçu est déjà très riche et ne laisse en aucun cas présager de ce que nous allons découvrir au premier étage.

Là, une rue du Mississippi en modèle réduit très ressemblante à la Beale Strete de Memphis. Des espaces dédiés à l’évolution de cette musique et aux luttes des Afro-Américains. Une importante collection d’ouvrages sur le sujet nous permettent de mieux comprendre les motivations et les différentes facettes de la vie des Bluesmen.
Ici un studio d’enregistrement, là un « juke joint », une chambre reconstituée des années 60/70 et partout de la musique, des couleurs, des pièces de collection, des autographes, posters, guitares dédicacées, des photos où Monsieur Garcia apparaît avec les grands musiciens contemporains, des objets d’époque, une copie modèle réduit du fameux panneau des Crossroads à Clarksdale, des souvenirs de qualité que chaque passionné de Blues et Rock’n roll aimerait posséder…En fermant les yeux, on entendrait presque B.B.King chanter :
«Oh the eagle flies on Friday, Saturday I’ll go out to play
Oh the eagle flies on Friday, you know Saturday I’ll go out to play
Sunday I’ll go out to the signify church
Oh when I’ll fall down on my knees and pray»
…Stormy Monday»

Il faut être plus que passionné pour aller se perdre à 10 kms de Vierzon mais il en a fallu de nombreux allers/retours aux Etats Unis pour ramener autant de richesses.
Bravo pour cette initiative. Cette visite a été très instructive mais il faudra revenir car le temps nous a manqué pour découvrir en détail ce que nous avons survolé.
Puis une fois la photo prise avec les fondateurs, nous repartons par de jolis chemins à travers la Sologne et l’on se quitte très heureux de cette magnifique journée.

Christine Wallet